alimentazione-bambini

Le thon: une source d’énergie pour les plus petits

Si les appréhensions alimentaires des adultes sont incessantes, elles deviennent encore plus sévères quand il s’agit des enfants et se traduisent en une forte attention sur les aliments à inclure ou non dans leur alimentation.
Pendant le sevrage des bébés, de nouveaux aliments sont progressivement introduits dès l’âge de six mois, car leur système digestif, encore peu développé, doit s’adapter peu à peu à l’assimilation de nouvelles substances. De plus, avant de proposer certains aliments à l’enfant, il faut attendre que son estomac et ses intestins aient atteint un niveau de développement suffisant.
Mais, même après le sevrage, les parents veulent toujours s’assurer que l’alimentation proposée à leurs enfants est bien adaptée. Parmi les aliments conseillés par les pédiatres pour une alimentation saines et équilibrée des jeunes enfants, le poisson est un incontournable.

LE THON : UN ALIMENT POUR LA CROISSANCE

Les qualités nutritionnelles du poisson sont largement reconnues. Ses graisses sont considérées comme plus nobles que celles de la viande et apportent une quantité importante de vitamines et de minéraux dans l’alimentation.
Le poisson est en effet réputé comme étant un excellent aliment, surtout pour les enfants pendant leur développement. Il est riche en oméga-3, vitamine D, protéines et autres nutriments, ce qui en fait un grand allié pour le développement des yeux et du cerveau des enfants.
Dans les repas en famille, les déjeuners à emporter à l’école, les en-cas et tant d’autres occasions, le thon en boîte est l’aliment le plus souvent proposé parmi le nombre infini de choix possibles.
100 g de thon apportent en moyenne 50-100 µg d’iode, un nutriment important pour la synthèse des hormones thyroïdiennes et donc pour le bon fonctionnement de la glande thyroïde qui module toutes les activités métaboliques de l’individu. Par rapport aux préoccupations soulevées concernant la présence de mercure dans cette espèce de poisson, il faut savoir que, comme l’a dit Simone Austin, porte-parole de l’Association des diététistes d’Australie, le thon en conserve contient moins de mercure que le thon frais, car il est obtenu à partir de poissons plus jeunes qui ont donc accumulé moins de mercure au cours de leur vie.
Toujours en rappelant que bien manger signifie adopter une alimentation variée et équilibrée, pour les adultes comme pour les enfants, consommer du poisson jusqu’à trois fois par semaine est une bonne alternative à garder à l’esprit pour vos menus.